Au pays du « Start-up Act », le covoiturage est sanctionné d’une amende !

A la une

Au pays du « Start-up Act », le covoiturage est sanctionné d’une amende !

Thumbnail

Un pas en avant et trois pas en arrière tel est le sentiment qui domine après la sortie médiatique mardi dernier du Directeur général du transport terrestre Habib Ammar qui déclare que le covoiturage est une activité illégale en Tunisie pouvant être sanctionnée d’une amende de 700 dinars. Quel message comprendre si ce n’est celui que les lobbys assis confortablement sur leurs rentes historiques demeurent puissants en Tunisie !

D’un côté, nous avons un ministre Anouar Maarouf (Ministre des Technologies de communication) paradant avec une loi « Startup Act » innovante quoique imparfaite adoptée en 2018 et destinée à booster l’économique numérique en Tunisie. De l’autre côté, Hichem Ben Ahmed, Ministre du transport qui via cette décision envoie une fin de non-recevoir à tous ceux qui seraient tentés d’entreprendre dans l’économie digitale collaborative dont sont pourtant issues 1 grande startup mondiale sur 4 (Uber, Aibnb, blablacar…). Ironie du sort, Mr Maarouf avait mis à l’honneur le 04 avril dernier (lors de l’annonce publique des 12 start-up labélisées) le jeune tunisien Ahmed Mhiri qui vient de s’enrichir avec la vente à l’étranger de sa startup « Traveler Car »…une application de location collaborative qui n’est pas prête de voir le jour en Tunisie aux dires du ministre des transports.

Il faut dire qu’entre ces deux situations, un des nombreux lobbies corporatistes que compte la Tunisie s’est manifesté. Pour cette fois, c’est au tour de la Chambre nationale des propriétaires des taxis individuels d’exiger de nouveaux privilèges sous prétexte de la dernière augmentation des tarifs de carburant. Reçus au Ministère du Transport en compagnie du Président de l’UTICA, le puissant syndicat a demandé et touché le jackpot ! Jugez plutôt : augmentation de 8% des tarifs des taxis individuels et des louages à partir du 1er janvier 2020, réduction du prix de l’assurance, échelonnement des dettes des professionnels du métier auprès de la CNSS, les banques et des compagnies de leasing. Et cerise sur le gâteau : le durcissement contre les « covoituriers » payants !

Bien entendu, le Ministère s’est bien gardé de rappeler à ses hôtes ô combien les taxis étaient les mieux lotis dans un secteur du transport sinistré où toutes les sociétés perdent de l’argent : Tunisair, CTN, TRANSTU, SNCFT… Egalement, ce n’est certainement pas le moment de signaler les nombreuses défaillances des véhicules jaunes : non-respect des visites réglementaires techniques, nombreux abus des tarifs réglementés (notamment au départ des aéroports, hôtels…), violations fréquentes du code de la route, contribution à la pollution, défauts d’hygiène des véhicules et des chauffeurs etc.

Année électorale oblige, on ne refuse rien à un lobby de 40 000 professionnels transportant chaque jour en moyenne une quinzaine de passagers…Quitte à envoyer un signal négatif aux startupers ou aux citoyens « petits budgets » qui voient dans le covoiturage une solution économique pour se déplacer.

Et demain…AIrBnB risque-t-elle l’interdiction d’exercer en Tunisie si le lobby hôtelier le décide ? Pour le gouvernement, Il est temps de décider et surtout de mettre de la cohérence : Libérer pleinement le potentiel de l’économie numérique ou préserver les monopoles de rentes : taxis, banques, télécoms, hôtels… ?

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Ajouter un commentaire

Opportunités immédiates

Dernières opportunités à saisir
Coup de coeur
395 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
2 000 000 DT
5 800
Livraison immédiate
Coup de coeur
681 000 DT
681
Livraison immédiate
Coup de coeur
650 000 DT
170
Livraison immédiate
Coup de coeur
277 000 DT
731
Livraison immédiate
Coup de coeur
240 000 DT
2 300
Livraison immédiate
Coup de coeur
365 000 DT
2 120
Livraison immédiate
Coup de coeur
235 000 DT
3 145
Livraison immédiate