France : Les chibanis de plus en plus exposés à l’expulsion de leurs logements sociaux

A la une

France : Les chibanis de plus en plus exposés à l’expulsion de leurs logements sociaux

Thumbnail

Alors que nous sommes toujours dans l’attente du vote de l’amendement relatif à la continuité des droits sociaux des immigrés sans conditions minimales de séjour, prévu fin d’année 2018 (relire notre article sur le sujet), Voici que pointe un autre sujet épineux qui affecte la vie déjà tourmentée de nos chers chibanis.

En effet, la plupart de nos anciens, retraités en France vivent dans des logements sociaux ou HLM (habitation à loyers modérés) qui imposent une période minimale d’occupation de 8 mois par an. Or, beaucoup préfèrent passer du temps au pays d’origine et ne reviennent en France que pour y passer les 6 mois réglementaires garantissant la continuité de leurs droits sociaux.

Dans les cités, après des enquêtes de voisinage commandées par les bailleurs sociaux, ils sont de plus en plus en nombreux à recevoir des courriers de mise en demeure en ces termes : « le locataire doit occuper ce logement au moins huit mois dans l’année civile…Nous constatons que cette condition n’a pas été remplie sur 2018 et qu’à ce jour vous n’avez toujours pas non plus occupé le logement sur 2019…vous êtes priés de justifier votre présence au logement depuis le 1er janvier 2018 ou de résilier son contrat…A défaut de preuves ou de préavis déposé dans les 8 jours, une procédure d’expulsion dont vous aurez à supporter les frais sera engagée à votre encontre ! ».

Une situation bien connue des responsables associatifs qui dénoncent la double peine de ces migrants cotisant toute leur vie et à qui on impose de passer la retraite en France sous peine de perdre leurs droit sociaux.

Heureusement, certains bailleurs sociaux sont compréhensifs et intègrent la singularité de ces occupants qui ne demandent qu’à vivre paisiblement leurs derniers jours parmi les leurs dans le pays d’origine. Néanmoins, Il est regrettable que cette question des logements sociaux n’ait pas été prise en compte dans le projet d’amendement cité plus haut.

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

Ajouter un commentaire

Opportunités immédiates

Dernières opportunités à saisir
Coup de coeur
520 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
395 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
2 000 000 DT
5 800
Livraison immédiate
Coup de coeur
681 000 DT
681
Livraison immédiate
Coup de coeur
650 000 DT
170
Livraison immédiate
Coup de coeur
277 000 DT
731
Livraison immédiate
Coup de coeur
240 000 DT
2 300
Livraison immédiate
Coup de coeur
365 000 DT
2 120
Livraison immédiate