La députée française d’origine tunisienne, Sonia Krimi, au cœur d’un incident diplomatique entre la France et la Turquie

A la une

La députée française d’origine tunisienne, Sonia Krimi, au cœur d’un incident diplomatique entre la France et la Turquie

Thumbnail

La députée de la Manche Sonia Krimi, représentait la France, lors d’un déplacement vendredi dernier à Ankara (Turquie) en tant que membre de l’Assemblée parlementaire de l’Otan.

A l’ouverture des travaux, Mustafa Sentop, le président de la grande assemblée turque a violemment fustigé la position de la France en l’accusant de « manipuler l’histoire » et la tenant pour responsable des massacres commis en Algérie à l’époque coloniale et au Rwanda. Et au chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu de renchérir en ces termes non diplomatiques : "…En matière de génocide et d'histoire, la France est bien le dernier pays à pouvoir donner des leçons à la Turquie parce que nous n'avons pas oublié ce qu'il s'est passé au Rwanda et en Algérie. Vous pouvez continuer à regarder les choses de haut mais nous continuerons à vous remettre à votre place de cette façon… »

Face à ces attaques, Sonia Krimi et la délégation française ont quitté la salle en signe de protestation. En filigrane, les autorités turques ne « digèrent » pas la reconnaissance officielle par la France du génocide arménien (par la Turquie) et la décision hautement symbolique de faire du 24 avril la Journée nationale de commémoration du génocide arménien.

Plus tard dans la journée, loin de toute volonté d’apaisement, le Président de l’assemblée, a renchérit par des déclarations à la presse, pointant les origines de Sonia Krimi : "…Il faut rechercher un arrière-plan psychologique plutôt que politique à tout cela. Je pense qu'il faut chercher à expliquer les objections de la parlementaire française, qui n'est même pas d'origine française et alors qu'il y a tant de parlementaires français, comme le reflet d'un état psychologique particulier… ». Ce dernier affirmant ainsi à mots voilés que la députée française d’origine tunisienne devait avoir un problème personnel avec la Turquie des frères musulmans, confrérie au pouvoir dans son pays natal sous la bannière du parti Ennahda.

Ce à quoi Sonia Krimi a répondu via son compte twitter : " …On me ramène à mes origines tunisiennes, je note des points communs entre les thèses de l'extrême-droite et le parti islamo-conservateur turque…".

Et l’épisode désastreux s’est poursuivi pendant le week-end sur les réseaux sociaux où la députée se fait attaquer et menacer par une « turcosphère » particulièrement remontée. L’élue recevant même une menace de mort postée sur Twitter avec une photo d'armes à feu et de balles de gros calibre…

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

Ajouter un commentaire

Opportunités immédiates

Dernières opportunités à saisir
Coup de coeur
520 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
395 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
2 000 000 DT
5 800
Livraison immédiate
Coup de coeur
681 000 DT
681
Livraison immédiate
Coup de coeur
650 000 DT
170
Livraison immédiate
Coup de coeur
277 000 DT
731
Livraison immédiate
Coup de coeur
240 000 DT
2 300
Livraison immédiate
Coup de coeur
365 000 DT
2 120
Livraison immédiate