Rapport - Retour des djihadistes, la Tunisie nettement plus inquiétante que le Maroc et l’Egypte !

A la une

Rapport - Retour des djihadistes, la Tunisie nettement plus inquiétante que le Maroc et l’Egypte !

Thumbnail

Une étude du centre d’Egmont et de la fondation Konrad-Adenauer-Stiftung, publiée ce mercredi et reprise par la quotidien espagnol « El Pais », est riche en enseignements sur l’approche du Maroc, de la Tunisie et de l’Egypte en matière de prise en charge des djihadistes rapatriés de Syrie et Lybie. Et autant l’avouer, les conclusions sont inquiétantes pour notre pays tant les failles détectées sont lourdes.

Selon les chercheurs, le Maroc est de loin le pays qui a su anticiper et considérer la menace des « returnees ». En effet, le royaume est le seul de la région à avoir «pris des mesures juridiques et renforcer son action et ses services de sécurité en conséquence. Il a également développé des programmes de déradicalisation en prison et travaille sur d’autres initiatives avec d’anciens radicaux», souligne-t-on.

Et à contrario, la Tunisie qui pourtant possède le plus lourd contingent de « guerriers » en Syrie et Libye (4500 au total) est le pays qui a le dispositif le moins performant. En cause notamment un manque de transparence et de rigueur des autorités tunisiennes dans ce domaine. Celles-ci sont notamment incapables d’identifier précisément les rapatriés notamment ceux qui transitent par la Lybie. En ce sens, les chercheurs qui ont interrogé un échantillon de 90 djihadistes réinstallés en Tunisie, arrivent à ce chiffre glaçant « 63% d’entre eux n’ont pas été arrêtés à leur arrivée en Tunisie ». Outre ce laxisme, l’étude pointe l’approche de la Tunisie qui emprisonne systématiquement les djihadistes identifiés sans programme de déradicalisation (formation des surveillants dans les prisons, insertion sociale..) ni mise en œuvre d’actions préventives.

Le rapport d’une soixantaine de pages fourmille d’informations aussi intéressantes que glaçantes relatives au profil des djihadistes et les conditions de leur embrigadement. Au chapitre« Why Tunisia ? », Il détaille les quatre causes explicatives du contingent élevé de djihadistes tunisiens et leur forte représentation dans la hiérarchie militaire de DAECH. Ainsi, ce qui aurait mis les jeunes Tunisiens sur le chemin du djihad :

  • La gouvernance politique de 2011 à 2013 propice à l’embrigadement avec notamment le rôle clé des mosquées
  • Le démantèlement des services secrets dès 2011 (réseau en pointe au Maroc dans la chasse aux djihadistes)
  • Les amnisties en 2011 et 2013 de 2000 prisonniers dont 350 étaient déjà connus pour leur embrigadement voire leur entrainement militaire dans des camps (Afghanistan…)
  • La proximité avec la Lybie (camps d’entrainement aux armes, réseaux…)

 

Pour conclure, les chercheurs invitent la société civile à se saisir du sujet afin de mettre davantage de pression sur l’administration et les politiques.

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires

Allô bledi est un site pour promouvoir la Tunisie auprès des tunisiens à l étranger. Cet article va à l encontre de la raison d être du site. Il dit iyakom bledi. Très déçu.

Soumis par Mejdi (non vérifié) le ven 26/04/2019 - 11:08


Ajouter un commentaire

Opportunités immédiates

Dernières opportunités à saisir
Coup de coeur
520 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
395 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
2 000 000 DT
5 800
Livraison immédiate
Coup de coeur
681 000 DT
681
Livraison immédiate
Coup de coeur
650 000 DT
170
Livraison immédiate
Coup de coeur
277 000 DT
731
Livraison immédiate
Coup de coeur
240 000 DT
2 300
Livraison immédiate
Coup de coeur
365 000 DT
2 120
Livraison immédiate