Tunisiens de l’étranger et leurs familles, une relation à l’épreuve du temps !

A la une

Tunisiens de l’étranger et leurs familles, une relation à l’épreuve du temps !

Thumbnail

Quelle famille en Tunisie n’a ni parent ni proche à l’étranger ? Historiquement, la subsistance de la famille est même à la base du projet d’immigration économique. Ainsi, jusqu’aux années 90, les immigrés partaient massivement par devoir de faire vivre leur famille restée au pays. Même si aujourd’hui les départs répondent plus à des logiques individuelles, le bien-être de la famille est toujours en filigrane !

Au fil du temps, ce statut de l’immigré « parrain » à la générosité réputée facile a alimenté dérives et même des tensions irréconciliables au sein des familles. Nombreux sont ainsi les Tunisiens de l’étranger qui se disent aujourd’hui avoir été victimes de ce qui s’apparente à des « abus de confiance » ou « chantage affectif » de la part de leur famille restée au pays. Au nom de l’unité familiale et par respect pour les parents et grands-parents, ces litiges sortent rarement du cercle familial mais avec le temps ces faits tendent à éprouver la qualité de la relation au point de rompre quand les parents décèdent. Mohamed, un retraité vivant en France âgé de 68 ans, nous confie ainsi qu’il a « coupé les ponts » avec ses deux frères en Tunisie, depuis qu’il a découvert que les quelques biens qu’il avait acheté en Tunisie avec ses petites économies, sont enregistrés au nom de son frère. « …Je me suis contenu des années par respect pour ma mère malade et vivante car je ne voulais pas lui faire de peine…» se souvient-il.

Si globalement, les relations avec les ainés : grands-parents, parents, oncles et tantes restent préservées, les Tunisiens de l’étranger tendent à entretenir des relations désormais plus filtrées avec leurs collatéraux (frères et cousins) présumés plus intéressés matériellement. D’ailleurs, l’achat d’un bien immobilier en Tunisie répond en partie à cette logique de rester maitre de la relation en n’invitant chez soi que les membres de la famille et amis sincères…On retrouve ce même désir d’émancipation hors du cercle familial dans le lancement de projets en Tunisie (immobilier, entreprise…) où l’on recherche désormais des solutions professionnelles hors de l’écosystème familial. D’où le succès d’internet !

Malgré tout, on retourne en Tunisie surtout pour visiter la famille qui reste un socle choyé et source d’équilibre…A ce sujet, Il est intéressant de noter que parmi ceux qui reviennent le moins régulièrement en Tunisie, on compte beaucoup de concitoyens qui n’ont plus leurs parents vivants…

Pour l’avenir, l’entente familiale risque encore d’être mise à rude épreuve…. entre d’un côté des Tunisiens de l’étranger qui n’ont plus l’envie et les moyens d’assister aussi généreusement leur famille et par ailleurs, les besoins croissants des familles toujours élargies en proie avec les effets de crise qui s’aggrave en Tunisie. D’autant plus que les ainés ne sont pas toujours vivants pour jouer les catalyseurs et les enfants d’immigrés sont les premiers soutiens de leurs parents dans leur volonté du « Nous d’abord ! »…

 

Samir BOUZIDI

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à notre page Facebook

 

Commentaires

Un article tres important d ou les prochains députés peuvent travaillé..

Soumis par Fouad (non vérifié) le mar 04/06/2019 - 13:30


Ajouter un commentaire

Opportunités immédiates

Dernières opportunités à saisir
Coup de coeur
520 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
395 000 DT
3 200
Livraison immédiate
Coup de coeur
2 000 000 DT
5 800
Livraison immédiate
Coup de coeur
681 000 DT
681
Livraison immédiate
Coup de coeur
650 000 DT
170
Livraison immédiate
Coup de coeur
277 000 DT
731
Livraison immédiate
Coup de coeur
240 000 DT
2 300
Livraison immédiate
Coup de coeur
365 000 DT
2 120
Livraison immédiate